Le syndrôme de la mère supérieure

Balancer une réflexion sur ton gosse comme ça, sur le ton de la boutade. Par exemple : « ah ah, si seulement la nounou avait une baguette magique pour qu’elle mange ses épinards ! »

En face, un regard froid. Accusateur.

Je rêve ou elle me JUGE ???

Oui, parce que vous comprenez, un bébé, on ne le force pas. On ne fait pas de chantage, genre « si tu prends une cuillère d’épinards tu auras un bout de pain. » C’est ce que me conseillait une autre copine tout aussi innocente que moi, devrais-je dire inconsciente, aux yeux de l’autre, la… Mère Supérieure. Celle-la même qui te fait remarquer que elle, oui elle, même si elle a des enfants, elle a gardé des principes (oui, car toutes les mamans prennent un malin plaisir à balancer un jour ou l’autre « ah ah, avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants. » On découvre cette magnifique phrase en passant de l’autre côté de la barrière).

Bref. Selon la-mère-parfaite-que-je-lui-foutrais-volontiers-ses-principes-et-son-mioche-parfait-dans-la-figure, hé bien selon elle, on ne réussit l’éducation de l’enfant que par l’exemple. Le « renforcement positif » avant 1 an, c’est le mal. Encore une expression que j’ai découverte « grâce » à elle (et qui consiste à encourager ton bébé quand il fait une action qui te plaît, genre « braaavooo, tu as mangé tous tes épinards sans que me vienne l’envie de te coller le pot dans la figure ! »)

J’en conclus un truc : il y a celles qui en même temps que leur bébé, se voient délivrer par leur utérus bienveillant le manuel de la Mère Supérieure, celui qui te permet d’avoir tout tout juste alors que les autres, celles qui se contentent de faire dégager leur mioche de leur bide en s’aidant, bandes d’incompétentes, de la péridurale, elles n’ont que ce qu’elles méritent : des méthodes d’éducation à la con.

Alors certes, grâce aux Mères Supérieures, j’apprends des tonnes de choses. Mais leur comportement soi-disant bienveillant mais que je perçois comme hautain décrédibilise totalement leurs paroles. Rien que pour ça, je ne leur demanderai jamais conseil.

(et je vais dans leur dos me procurer la littérature pour me permettre de comprendre leur langage de Maman professionnelle)

Publicités

4 réponses à “Le syndrôme de la mère supérieure

  1. C’est tellement pas simple d’être mère qu’un petit conseil peut être le bienvenu. C’est autre chose quand c’est un jugement de valeur. Quand les mères vont-elles se mettre dans le crâne que le seul critère qui vaille c’est l’amour qu’on porte à nos enfants. On a le droit de mal faire, de se tromper, d’être humaine tout simplement sans que cela remette en cause cette chose essentielle.
    En tout cas j’adore ce billet 😉

    • Merci ^^ si tu savais comme ces filles m’éneeeervent ! Voilà d’ailleurs encore un beau billet de mère supérieure : http://nadinbox.wordpress.com/2012/07/06/fierte-mal-placee/
      Toujours ce ton du « je ne la ramène pas avec ce que je sais… » mais quand même, elle la ramène. Parce que ELLE, elle se documente, elle lit et même vit à travers sa progéniture. C’est bien hein, mais c’est bien tant que ça ne devient pas une grille de lecture omnipotente qui va gâter ses relations avec celles qui ne voient pas les choses du même oeil !

      • De rien 😉 Il semble que j’ai le même « modèle » de maman que toi dans mon entourage, et je me retiens souvent… Je dois dire que j’apprends souvent beaucoup grâce à elle, mais si tu savais à quel point c’est rageant de se sentir sans cesse jugé… on n’a pas tous le même rapport à l’éducation, un peu d’indulgence que diable !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s